Plusieurs dirigeants africains sont passés à la tribune de l’ONU ce mercredi 21 septembre. C’est à l’occasion de la 77e Assemblée générale des Nations Unies qui s’est ouverte depuis le mardi 20 septembre au siège de l’institution internationale  à New-York. À la tribune de l’ONU, les dirigeants africains ont des discours très peu ordinaires. Ceux-ci résonnent comme une interpellation  de la communauté internationale sur un nombre de questions dont le changement climatique en grande partie et son lot de conséquences.

 Urgence d’un plan de sauvetage économique pour l’Afrique

William Ruto est le premier dirigeant à monter la tribune de l’ONU. Pour le président kényan, l’Afrique est le continent le plus touché par le changement climatique, donc une victime principale. « L’Afrique doit  bénéficier en urgence d’un plan de sauvetage économique », précise-t-il.

”Je me joins à d’autres dirigeants pour demander à la Banque mondiale, au Fonds monétaire international et à d’autres prêteurs multilatéraux d’étendre l’allègement de la dette liée à la pandémie aux pays les plus touchés, en particulier ceux qui sont affectés par la combinaison dévastatrice du conflit, du changement climatique et du Covid-19. ”

La guerre en Ukraine et ses conséquences abordées par la Zambie

De son côté, le président zambien s’est plutôt intéressé à l’hyperinflation qui ébranle le monde entier, conséquence directe de la guerre en Ukraine.

« La Zambie se joint à d’autres gouvernements pour exprimer une préoccupation particulière concernant la guerre en cours en Ukraine. Alors que nous nous tenons aux côtés de toutes les personnes touchées, tant à l’intérieur de l’Ukraine que dans les pays voisins, nous saisissons également cette occasion pour souligner les conséquences négatives de grande portée de cette guerre, en particulier sur les prix des denrées alimentaires à travers le monde, du carburant, des engrais et d’autres produits de base essentiels ».

Le Nigéria parle de réchauffement de la planète

Le non-respect de la promesse de la limitation du réchauffement de la planète à 1.5 degré, qui impacte l’Afrique, est le grand point évoqué par le président nigérian. Selon Muhammadu Buhari, l’émission du gaz à effet de serre au niveau de l’Afrique et des autres pays en voie de développement, est quasiment petite par rapports aux grandes nations dites industrialisées.   

“L’Afrique et les autres nations en développement ne produisent qu’une petite partie des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux économies industrialisées. Pourtant, nous sommes les plus durement touchés par les conséquences du changement climatique, comme nous le voyons dans cette sécheresse prolongée en Somalie et les inondations d’une gravité sans précédent au Pakistan.”

Outre ces grandes préoccupations,  d’autres sujets importants comme la lutte contre le terrorisme ou la fin des sanctions économiques contre le Zimbabwe sont abordés.

Gérard Dawa

Gérard Dawa, journaliste reporter à Afro impact. Titulaire d’une Licence en journalisme obtenue à l’ENSTIC au Bénin, je suis passionné des questions de santé, culture et sport. J’ai fait également mes armes à la radio et je suis membre actif de la PMS "Plateforme Médias et Santé" du Bénin. Je cumule à ce jour 8 ans d’expérience en journalisme.

Laisser Une Réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version